Pour des communautés politiques autonomes et offensives !

L’Empire ne s’oppose pas à nous comme un sujet qui nous ferait face, Mais comme un milieu qui nous est hostile”  Tiqqun, Contribution à la guerre en cours.

En 2005, sur le plateau des Millevaches, ceux qui seront trois ans plus tard au centre de la fameuse « Affaire de Tarnac » décident de s’éloigner volontairement du monde moderne afin de recréer, à leur échelle, une micro-société plus conforme à leur idéal. Cette démarche de rupture reproduit un fait politique particulier mais régulier dans les mouvances dites « dissidentes ». La corrélation entre un éloignement politique et un éloignement géographique du monde moderne. Comme avant eux les milieux libres et les communautés libertaires de la fin du XIX siècle, le mouvement artamanen des années 1920, les communautés hippies des années 1960-1970, et plus proche de nous, la lutte autour du plateau du Larzac contre le projet d’agrandissement d’un camp militaire (à partir de 1973), certaines personnes ont associé une discontinuité dans le discours et sa mise en œuvre (mise en pratique par des moyens de communications spécifiques, des moyens d’action et de revendication en rupture avec les formes institutionnelles…) et une discontinuité dans l’espace (éloignement le plus possible des lieux où s’exprime avec le plus de force la modernité).

drapeau-occitan-70x100-cm

De fait, les villes ont toujours constitué un bastion du capitalisme, et l’urbanisme n’a toujours été qu’un terme pour désigner la mise au pas de l’environnement dans l’optique des intérêts capitalistes. Jean-François Brient, dans son film De la servitude moderne, déclarait « l’unification de l’espace selon les intérêts de la culture marchande est le grand objectif de notre triste époque. Le monde doit devenir une immense autoroute, rationalisée à l’extrême, pour faciliter le transport des marchandises. Tout obstacle, naturel ou humain doit être détruit ». L’importance que constitue l’urbanisme comme axe d’action par le capitalisme n’a que rarement été considéré à juste titre (1), à l’exception de certains milieux anarchistes autonomes (voir à ce sujet l’excellent blog « Laboratoire d’urbanisme insurrectionnel »). La même critique se retrouve aussi dans les écrits de certains militants autonomistes ou indépendantistes “régionalistes” qui voyaient bien en quoi les villes étaient les tombeaux des cultures populaires et locales enracinées, au profit de la non-culture de masse mondialisée.

De fait, le système, lui, ne s’y trompe pas, et quatre jeunes basques ont récemment écopé de 2 ans de prison ferme chacun (1 an pour la quatrième) pour avoir entarté, le 27 octobre 2011, la présidente de la communauté de Navarre, pour s’opposer à un projet de Ligne à Grande Vitesse traversant les Pyrénées. Le mouvement autonomiste occitan Libertat! déclarera, à la suite de l’entartage : « Pour les autorités de la CTP, les Pyrénées ne sont qu’une barrière et un « goulot d’étranglement » qui entrave les flux de marchandises et les affaires; leur défi recherche de façon permanente un spectaculaire accroissement des trafics et la « perméabilisation des Pyrénées », qui n’est autre chose que de transformer cette cordillère en un gigantesque « gruyère » traversé de part et d’autre par de grandes infrastructures de connexion entre les grands centres d’affaires. »

La volonté du capital est d’abolir les distances physique pour accéléré ses rendements, sans soucis de la Nature ou des cadres de vie locaux.

Partout le système capitaliste appauvrit et uniformise le monde, on assiste à une standardisation des modes de vie. Les mêmes désirs de possessions se diffusent. La culture matérielle et superficielle nourrit les imaginaires. Les mêmes enseignes de magasins, la même architecture, les mêmes villes se retrouvent d’un pays à l’autre. La quête du bonheur individuel dans un environnement urbain est devenue le modèle universel. Tout le monde rêve des mêmes choses au même moment. Les formes de travail antérieures à l’industrialisation sont détruites (artisanat, agriculture rurales, etc) et la dissolution de tous les liens de la vie communautaire (famille, village, quartiers) aboutit à l’atomisation du monde sous le règne du calcul égoïste. Les aspirations s’homogénisent à mesure que le déracinement et la déculturation se développent.

Ce mouvement est-il irréversible ? Nous ne le pensons pas. Il est certain que certains sont déjà trop lobotomisés pour s’en rentre compte. Mais il existe suffisamment d’esprits rebelles pour trouver d’autres voies que celle proposée par le système.

10428064_421081174740914_7512673803126417678_n

Reprendre le pouvoir sur nos vies : Emancipation et autonomie

Face à ce constat, couplé avec celui de la difficulté (de l’impossibilité ?) de lutter frontalement contre le Capital, en particulier dans les zones qu’il a créées selon ses principes, certains ont choisi de sortir volontairement du système et de le combattre de l’extérieur et non plus de l’intérieur. Ce choix a l’avantage de permettre une application concrète nos valeurs et nos idées hors du cadre faussé de la modernité capitaliste. Le socialisme révolutionnaire pose l’idée de communauté et d’autonomie au cœur de sa démarche, alliée à une émancipation libératrice des capacités humaines enchainées par le capitalisme. Cette démarche peut exister dès à présent sous de nombreuses formes. L’une d’elle pourrait être justement des Communautés Politiques Autonomes.

Une chose doit être claire, ce concept n’a rien avoir avec le survivalisme très à la mode actuellement. La survie individuelle n’est rien si elle ne porte pas un projet de renaissance collectif. Le survivalisme reste marqué par l’époque qui l’a vue naitre, c’est un réflexe égoïste issu de la mentalité ultra libérale finissante. Si certains enseignements pratiques peuvent être utiles (être préparé physiquement et mentalement à une situation de crise est une obligation pour un révolutionnaire), l’imaginaire qu’il véhicule est plus qu’invalidant. Le repli survivaliste est le plus sûr moyen de disparaitre. Isolés et sans liens, nous serions encore plus vulnérables face à n’importe quelle collusion. Même suréquipé, l’homme n’est rien seul.

Tout en marquant une rupture avec les principes survivalistes, qui n’agissent que dans l’optique de se préparer au pire, et non au meilleur, il apparaît important de poser la question de la pertinence de ce que l’on pourrait appeler des Communautés Politiques Autonomes. En effet, le fait de pouvoir sortir entièrement du système à l’heure actuelle exige un éloignement géographique des grands centres urbains, mais aussi des pratiques politiques alternatives. Le plus décisif étant un éloignement mental de sa domination idéologique.

L’idée de la Communauté Politique Autonome, c’est justement d’être un centre de résistance avec une double vocation. Tout d’abord, permettre de mettre en application nos idées et valeurs à l’échelle locale. De retourner vers le terrain, se réapproprier l’espace et être un acteur positif d’une vie collective. Le but est de se fondre dans l’environnement et de participer à la vie des communautés déjà présentes sur le terrain. Ce n’est nullement un isolement du monde, mais au contraire un enracinement actif.

Dans le même temps, la Communauté Politique Autonome est une base arrière, un pôle de diffusion et un espace de rencontre pour les dissidents. C’est le lieu où la réflexion pourrait être partagée et où des cultures et des traditions nouvelles pourraient naitre. C’est un espace de convivialité (concerts, fêtes) mais aussi de lutte. Si l’expérience prenait, un réseau de CPA pourrait recouvrir le territoire.

Socialistes révolutionnaires, allez sur le terrain !

Un choix par lequel devront passer tous ceux qui se poseront un jour la question de l’exode urbain est bien évidemment celui du lieu où aller. Produire localement, consommer localement, militer localement : c’est possible mais il faut bien choisir le lieu. De fait, les zones peu urbanisées sont le plus souvent les zones montagneuses, ainsi que certaines zones de plaines reculées (malheureusement elles sont aussi le plus souvent les plus chères). Il faut aussi prendre en compte le fait qu’une zone trop accidentée n’est pas propice à la mise en place d’une agriculture vivrière, et que les difficultés pour se déplacer (neige, petites routes) sont aussi un frein pour effectuer les échanges (de produits agricoles ou artisanaux par exemple) nécessaires pour régler les dépenses, mêmes minimales (impôts), qui ne disparaîtront qu’avec le capitalisme. De même, un accès trop difficile freine le rôle de pôle de résistance.

La question de la propriété du lieu est aussi cruciale pour l’avenir de l’expérience. Chaque mètre carré de terrain étant la propriété d’un particulier ou d’une collectivité, se pose la question pour les dissidents de savoir s’il veulent acheter un bien immobilier (une fois réglée la question, bien que très problématique, des moyens financiers) et de fait se soumettre jusqu’à un certain point au système (impôts sur le foncier, normes d’habitation, factures d’eau ou d’électricité). La question de l’énergie est aussi importante, l’autosuffisance implique certaines dépenses en entretien et des normes très contraignantes. L’occupation illégale d’un bien immobilier, avec les risques juridiques que cela comporte, pose elle comme gros problème de ne pouvoir garantir la pérennité de l’expérience. Mais surtout elle compromet les chances d’intégration dans le groupe des habitants traditionnelles ou réguliers du lieu.

Cars l’enjeu est de créer une symbiose entre la communauté Politique Autonome et son milieu naturel, mais aussi humain. Elle ne vise absolument pas à une marginalisation dans un espace clôt à l’extérieur. Au contraire, elle doit se sentir comme un poison dans l’eau et devenir un acteur de la vie locale. Les habitants des régions rurales les plus préservées du désastre capitaliste, se caractérisent par un esprit de communauté plus ou moins vécu ou marqué. Sans les idéaliser, les “locaux” seront toujours moins exposés aux valeurs du système. Souvent par leurs origines très différentes (familles traditionnelles enracinées depuis plusieurs siècles ou enfants de hippies vivant dans le même esprit que leurs parents, mais aussi bons nombres de néo-ruraux fuyant la misère et l’insécurité des villes), ils sont souvent plus proches de nos idées que nous pouvons le penser. Echafauder un réseau de savoir-faire, travailler sur des projets à l’échelle globale, mettre en place des réseaux de diffusion des productions locales sur le modèle localiste, sauvegarder les techniques et les environnements, défendre les biens communaux : voila quelques pistes d’actions possibles.

Surtout que nous pouvons aussi prendre appui sur une spécificité française : les petites communes. La France compte environs 1000 communes de moins de 50 habitants. Elles se regroupent dans certaines régions de faible densité de population, souvent dans les zones montagneuses, comme l’Ariège, les Pyrénées Catalans, le Jura, les Vosges ou les Alpes. L’autonomie locale dans les petites communes renvoie inéluctablement, en géographie sociale, à la notion d’appropriation du territoire par les populations. Dans une petite commune, le conseil municipal peut compter un membre de chaque famille ; les habitants se connaissent tous mutuellement. Les petites communes sont historiquement gérées de manière communautaire. Même si l’Etat veut réorganiser ce système par l’intercommunalité, elles savent résister et conserver leur autonomie.

Nous avons conscience de n’avoir donné que des grandes lignes d’un projet très vaste, cette démarche demande à être murie et reprise. Nous espérons au moins avoir ouvert un débat qui pourrait voir naitre une alternative. Mais si nous devions résumer notre propos, nous garderons ceci : « L’autonomie pour faire vivre la communauté, la communauté pour construire le socialisme révolutionnaire ». ( article paru dans le Rébellion numéro 62 – mars 2014)

12047139_611174752353596_4796510624828800651_n

Laisser un commentaire