La vaccination… les vérités qui dérangent

Pays de Pasteur, des lobbies pharmaceutiques, de la bien pensance et de la dictature sociale, la France fait face à un sujet épineux qu’un grand nombre de « hauts placés » souhaiteraient balayer d’une revers de manche… Il n’est ici question que de la santé de millions de petits français… Quelle importance face aux milliards que peut rapporter une telle affaire ? C’est encore le monde des affaires qui gagne face à la santé d’êtres humains. En effet, le gouvernement a annoncé vouloir augmenter le nombre de vaccins infantiles obligatoires, passant de trois à onze dès 2018. Mais quelle est l’urgence ? Pourquoi cette hâte ? Existe-il un réel risque épidémique ?

Pourquoi rendre la vaccination obligatoire ?

Aujourd’hui seuls trois vaccins infantiles sont obligatoires : ceux contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite. Huit autres, dont ceux contre la coqueluche, l’hépatite B ou la rougeole sont seulement recommandés. Le gouvernement réfléchit donc à rendre obligatoires les onze vaccins : poliomyélite, tétanos, diphtérie, coqueluche, rougeole, oreillons, rubéole, hépatite B, bactérie Haemophilus influenzae, pneumocoque et méningocoque C. Rien que ça. Rappelons que que l’Allemagne, le Royaume Uni, l’Espagne ou encore les pays scandinaves ne préconisent aucun vaccin obligatoire, et ne sont absolument pas alarmistes sur le thème d’une quelconque épidémie à venir.

« La vaccination, ça ne se discute pas » a déclaré l’ancienne ministre de la Santé Marisol Touraine en 2015. La nouvelle ministre, Agnès Buzyn, a quant à elle déclaré : « S’il n’y avait pas d’obligation (pour les vaccins, ndlr), nous savons que le taux de couverture baisserait, à cause de tous ces réseaux sociaux et à cause de cette désinformation »…. désinformation… La DESINFORMATION, il est intéressant de noter que dans la bouche d’une ministre de l’équipe Macron, ce mot semble tout à fait malvenu . Je rappelle, que Madame Buzyn fut un temps membre du conseil d’administration de deux laboratoires très impliqués dans la fabrication et la distribution de vaccins : Novartis et Bristol-Meyers Squibb, et à ce titre indemnisée de 2009 à 2011.. c’est dire s’il faut rester informé !

Composition et fonctionnement d’un vaccin

Le but d’un vaccin est d’introduire dans l’organisme un virus inactivé pour que le corps puisse le reconnaitre et induire une réponse immunitaire lors d’une éventuelle infection par ce même virus. Un vaccin est donc fabriqué à partir de souches bactériennes ou virales qui sont tuées par différents produits chimiques, comme le formaldéhyde. Et d’ailleurs parlons-en, du formaldéhyde : c’est un produit chimique présent dans tous les vaccins pédiatriques, mais est classé par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) comme « substance cancérogène pour l’homme ».

Un autre produit fait également parler de lui : l’aluminium. En effet, il est utilisé dans les vaccins comme adjuvant, c’est à dire pour stimuler la réponse immunitaire, lors de l’injection. Dans son rapport paru en 2009 « Aluminium et vaccin » le docteur en médecine Jean Pilette définit qu’un nourrisson de 2 mois, reçoit, lors de sa vaccination, 220 fois la dose d’aluminium maximale admissible. L’aluminium qui passe dans le sang n’est pas entièrement éliminé par les reins. Des résidus s’accumulent et se logent dans les organes du corps et notamment dans le cerveau.

Le risque de troubles pour le système nerveux est donc majeur. Un lien de causalité entre l’aluminium et la myofasciite à macrophages, une maladie neurologique très invalidante, a été reconnu. Plusieurs études sont également en cours concernant le lien de causalité entre l’aluminium et l’autisme, dont certains cas pourraient résulter de la vaccination pédiatrique. En 2014, un tribunal milanais a reconnu qu’un vaccin était à l’origine de deux cas d’autisme, et a donné des dommages et intérêts.

Pour finir sur le douloureux sujet de l’aluminium, l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) a reconnu les effets neurologiques, les atteintes osseuses et les anémies causées par l’aluminium contenu dans… les cosmétiques. Mais pas un mot concernant son injection par voie intramusculaire profonde dans la cuisse d’un nourrisson.

Les lanceurs d’alerte sont traités comme des imposteurs. C’est le cas du médiatique professeur Joyeux, radié de l’Ordre des médecins en décembre 2016. Il est accusé par l’ancienne ministre de la Santé de tenir des propos rétrogrades et alarmistes sur la vaccination et d’avoir lancé une pétition demandant le retour du vaccin DTP (diphtérie, tétanos, poliomyélite) sans aluminium. Alors même qu’un médecin est dans l’obligation d’informer son patient des risques encourus suite à un vaccin, ou tout autre traitement qui lui est administré !

A qui profite réellement la vaccination : les laboratoires et les lobbies pharmaceutiques

Quant aux lobbies pharmaceutiques, la nouvelles des 11 vaccins obligatoires a de quoi leur faire sabrer le champagne. Le secteur ne s’est jamais aussi bien porté. Selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) l’industrie pharmaceutique pèsera 100 milliards de dollars en 2025. L’industrie du vaccin semble être le secteur le plus florissant de l’économie de la santé.

Il est donc important de s’informer pour toute injection de vaccin chez les nourrissons mais aussi chez les adultes. Des vaccins sans aluminium sont encore trouvables en Suisse et en Allemagne, mais pour combien de temps?

Début juillet, après les souhaits de vouloir rendre 11 vaccins obligatoires, le gouvernement a annoncé son intention de créer une « clause d’exemption » afin de permettre aux parents qui refusent la vaccination de se soustraire à cette obligation. Mais restons vigilants quant à la réelle application de cette clause. Car l’autre scandale, c’est cette volonté « d’obliger » : où est la liberté de choisir, lorsqu’on connait les risques encourus pour les enfants d’aujourd’hui et de demain ?

N’est-il pas écrit dans l’article 36 du Conseil National de l’Ordre des Médecins : « une intervention dans le domaine de la santé ne peut être effectuée qu’après que la personne concernée y a donné son consentement libre et éclairé » ?

Les recours !

Cet article a été écrit dans le but d’informer le lecteur intéressé, afin qu’il puisse approfondir le sujet et se faire sa propre réflexion. La vaccination a été une réelle avancée médicale, mais les conditions imposées sont scandaleuses. Les comportements sanitaires : se laver les mains, avoir une bonne hygiène, boire de l’eau potable.. voilà les éléments indispensables pour garder les hommes en bonne santé.

Injecter 11 produits chimiques à un bébé dont le système immunitaire n’est pas arrivé à maturité, mais qui est normalement sain, est incompréhensible de mon point de vue.

Les enfants doivent ramper, crapahuter, communiquer, passer de bras en bras, sucer des cailloux., être en contact avec différends pathogènes pour que leurs systèmes immunitaires, seuls, puissent se défendre. C’est cela qui créera des défenses immunitaires saines et solides.

Célestine pour le Rébellion numéro 81 ( été 2017) 

https://professeur-joyeux.com/les-vaccins-en-europe-et-en-france-lordre-des-medecins/

« l’enquête d’une maman biologiste » paru dans Nexus 106 – septembre/octobre 2016

http://www.asso-e3m.fr/myofasciite-a-macrophages/quest-m-f-m/

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.