Refermer la boîte de Pandore…

Il flotte dans l’air comme un parfum de fin du Monde qui n’est pas pour nous déplaire. Comment, vous ne tremblez pas devant l’accumulation des signes funestes pour notre société ? Non, car nous savons que la fin de «leur monde» ouvre une nouvelle perpective. Il se pourrait bien que l’effondrement de la société capitaliste permette de libérer les consciences, de «décoloniser les esprits».

Guerre, crise économique, crise migratoire, catastrophe nucléaire nous révèlent juste de manière aveuglante que ce système a conduit l’humanité au bord du gouffre. En ouvrant la boîte de Pandore, il a poussé sa logique jusqu’à la destruction de la planète. Les démons incontrôlables qu’il a libérés l’emportent aujourd’hui. Il n’est donc plus nécessaire d’attendre d’autres démonstrations de sa folie et nous devons profiter de sa perte de contrôle sur la situation pour empêcher la poursuite de sa logique criminelle.

Ces catastrophe jouent un rôle à plus d’un égard positif qui prélude, nous l’espérons, à un réveil. C’est là une application possible de ce que les psychanalystes désignent sous le nom de complexe de Damoclès. L’insécurité provoque le besoin de se défendre, mais aussi la nécessité d’attaquer. Et dans ce cas, le complexe a des effets bénéfiques, en poussant les individus à réagir.

Cette envie de vivre est la seule force qui permettra à la civilisation européenne de se rénover. Certains s’acharnent à défendre la forteresse vide de l’Identité assiégée, alors qu’ils n’ont pas compris que l’identité européenne n’est pas à chercher dans la poussière du passé. C’est un élan irrésistible vers le renouveau, une dynamique futuriste que nous appelons de nos voeux et qui trouvera son accomplissement dans le Socialisme pour le XXI° siècle.

En attendant une joyeuse apocalypse, le combat est notre destin…

6b38f8e1

Laisser un commentaire