Le Virus c’est le Capital !

Notre société est malade. Nous traversons une pandémie de peur sans précédente et cette angoisse est savamment entretenue par nos gouvernants. C’est le système capitaliste et son modèle mondialiste qui sont la source du mal ; ce sont eux qui propagent l’infection. Nous avons tous les symptômes et nous n’avons aucun traitement pour les combattre. Les bonnes consciences peuvent se pencher à notre chevet et pleurnicher sur les ravages de la maladie, cela ne sert à rien. Nous devons trouver la force de vaincre cette maladie en nous-mêmes.

Faisons d’abord le bon diagnostic. Les menaces qui se déversent sur la France et l’Europe ont des causes précises.

Durant des années, les puissances occidentales ont fermé les yeux sur les agissements des islamistes quand ils servaient leurs intérêts. À l’origine en Afghanistan contre les Soviétiques, puis dans le Caucase contre les Russes. En Bosnie et au Kosovo, ils furent les alliés des « guerres humanitaires » contre les Serbes. Hier encore, on les retrouvait comme troupes de choc du chaos en Libye et en Syrie. Cette utilisation géopolitique de ces courants dans la déstabilisation des ennemis du Nouvel Ordre Mondial explique la complaisance affichée pour leurs réseaux en Occident et pour les pays et les clans de la péninsule arabique qui les financent jusque dans les années 2000. Cela se doublant par un clientélisme communautaire des élus dans certaines zones urbaines avec des objectifs purement électoraux.

Pourquoi notre territoire est-il devenu , dès lors, un champ de bataille ? Simplement du fait de la politique migratoire et d’ouverture des frontières voulue par les classes dominantes depuis 50 ans. L’idéal d’un monde ouvert et multiculturel cachait la froide logique d’une oligarchie qui voulait détruire le cadre populaire européen et exploiter toute la misère du monde pour son profit. Les beaux discours humanistes n’étaient qu’un argument publicitaire pour vendre cette entreprise. Ils volent en éclats aujourd’hui et nous laissent avec une société en miettes.

La désintégration de la France est aussi la conséquence de l’application de la doctrine du turbo-capitalisme. Exploser les communautés authentiques et les liens sociaux pour les remplacer par la lutte de tous contre tous. La loi du « Diviser pour mieux régner » arrive à sa conséquence finale de l’éclatement de la société. Ne partageant plus aucune référence commune, les différentes populations se regardent comme étrangères entre elles. Chacun s’enferme dans une bulle numérique peuplée uniquement par ses fantasmes et ses illusions. Les réseaux sociaux et les clashs médiatiques alimentent ces communautarismes identitaires low cost.

Les appels à la défense des valeurs républicaines ne sont qu’une mauvaise blague. Le fallacieux discours sur la liberté d’expression en France, et l’injonction à être encore ( et toujours) Charlie, est la preuve de l’épuisement de la bien-pensance bourgeoise. Elle n’a plus rien à opposer aux barbares que la défense du droit au blasphème et au nihilisme de ses valeurs de consommation rapide. Mourir pour cette « République » ? Non merci ! Si nous défendons une certaine « idée de la France » ( Spirituelle, populaire, révolutionnaire et enracinée) nous ne l’associons absolument pas avec ce système qui en est la négation.

Au final, le traitement du « terrorisme séparatiste » proposé par le bon docteur Macron est un faux deal : soit un conflit civil destructeur, soit la soumission à son Nouvel Ordre Moral. Cette stratégie libérale-sécuritaire est un moyen pour permettre la survie du système. Elle ne garantit plus la sécurité aux citoyens dans aucun domaine. En aucun cas, cela ne va dans le sens d’une émancipation de l’aliénation et de l’exploitation.

Dans le cadre de la sécurité sanitaire face au Covid 19, nous avons la même logique à l’œuvre. Ne voulant pas sacrifier les fondements du libéralisme à la protection du pays devant ce danger, le gouvernement a laissé ouvertes nos frontières et a désarmé nos barrières sanitaires. Son inconséquence et son incohérence lors de la « première vague » furent à l’origine de la catastrophe sanitaire et économique que nous subissons. Rappelons le encore une fois, l’incapacité à protéger les plus vulnérables et à mettre en place une politique sanitaire efficace est liée à l’application de la doctrine du turbo-capitalisme (destruction des services de protection sociale et sanitaire, liquidation de l’hôpital public, privatisation de la recherche médicale, délocalisation d’industries stratégiques, adoption des règles du commerce international et des législations transnationales).

On culpabilise les individus aujourd’hui pour cacher les vraies causes de cette crise. Le discours méprisant et l’infantilisation des Français par le gouvernement contribuent à faire naître une méfiance légitime face aux mesures de l’État. Ce ne sont pas les fake news ou les théories complotistes qui sapent le moral des gens, c’est l’incohérence des gouvernements. L’oligarchie fait semblant que tout est sous contrôle et que la vie (surtout économique) continue . Mais des bombes plus dangereuses sont déjà en préparation

Confinement, couvre-feu, reconfinement : l’interdiction des rapports humains familiaux et amicaux aura des conséquences terribles sur une psychologie collective déjà fragile. Dans le même temps, on laisse la culture aux bons soins des GAFA et de Netflix. On ferme les lieux de cultes et on laisse ouvert les hypermarchés… Les transformations économiques qui vont naître du Covid 19 vont laisser des millions de travailleurs sur le carreau et ubériser les conditions de ceux qui sauveront leur emploi. Nous allons vers un plan de décroissance radicale qui ne sera ni très conviviale, ni volontaire pour le coup . La dégradation des conditions de vie et de travail de la majorité de la population mondiale s’accompagne de l’élévation vers les sommets du confort technologique d’une élite oligarchique mondiale .

Un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.