Face aux attaques du capitalisme

Militez avec l'Organisation Socialiste Révolutionnaire Européenne !

Construisons l’Organisation Socialiste Révolutionnaire Européenne !

Le 8 Février 2009, lors de sa réunion, le Bureau Politique du journal Rébellion a décidé de relever le défi de lancer une organisation politique d’un type nouveau. L’Organisation Socialiste Révolutionnaire Européenne (OSRE) est née de l’évolution de notre structure militante et de l’urgence de la situation. En quelques mois, nous avons vu les attaques capitalistes se multiplier contre les conditions de vie des travailleurs. L’heure est à la riposte. En cours de construction, elle se veut à l’avant-garde des combats d’aujourd’hui et de demain.  A l’occasion de ce 1er Mai, nous présentons à nos lecteurs les grands orientations de notre organisation. Les luttes sociales actuelles sont la preuve que face aux attaques du capital, le temps de la contre offensive est venue.

A l’avant-garde toujours


Pourquoi lancer une organisation politique ? Simplement parce que nos idées n’étaient pas suffisamment représentées jusqu’à maintenant. Dans un premier temps notre équipe avait eu la tâche, ne pouvant nous appuyer sur aucun héritage direct, de mener sa propre réflexion politique. Rébellion est le fruit de ce travail, désormais le développement de son audience implique de passer à un autre niveau. Il est important de faire vivre notre conception du Socialisme dans le réel, de dépasser la simple perspective éditoriale et de donner une consistance à notre élaboration théorique. Dans notre démarche nous avons toujours insisté sur l’importance du lien entre théorie et pratique ; il n’y a rien de pire qu’une pensée sans acte et de longues discussions stériles. Nous voulons parvenir à intervenir sur tous les terrains de lutte et diffuser nos idées dans les classes populaires.

L’engagement est souvent décrié aujourd’hui, on soupçonne les militants d’être des moines soldats lobotomisés aux ordres de chefaillons bureaucrates. Depuis des années, on juge le militantisme dépassé. On veut investir d’autres espaces (de facebook à l’associatif) ou mettre en place des réseaux plus informels. Malheureusement les faits sont têtus, aucune de ces solutions miracles n’a porté ses fruits. Au contraire, l’éclatement des forces des dissidences au système et l’individualisme galopant n’ont produit aucune opposition sérieuse au capitalisme. Cela laisse la place à l’activisme extrémiste et désespéré à la merci de toutes les formes de provocation étatique.

En lançant une structure militante, nous voulons revenir aux fondamentaux de l’action politique. Le but n’est pas de créer un groupuscule de plus, mais d’organiser les personnes qui se retrouvent sur notre ligne, et ce de manière efficace. Le militantisme comme nous le concevons est d’abord un engagement, cela demande du courage et de l’enthousiasme.

C’est aussi faire partie d’une communauté humaine réunie par un idéal et non l’intérêt immédiat ou la recherche du profit. Chose bien rare de nos jours. L’OSRE n’est pas une structure bureaucratique, mais est constituée d’hommes et de femmes de tous âges, courageux et dévoués, poursuivant le combat que des générations de travailleurs et de révolutionnaires ont mené.
L’histoire du mouvement ouvrier révolutionnaire nous oblige à nous montrer humbles. Parti de rien au 19° siècle, il s’est patiemment construit et renforcé au point d’imposer parfois un rapport de force favorable aux travailleurs.

C’est en réalisant une véritable implantation militante de terrain que l’on peut parvenir à créer les conditions de la création d’une « contre-société » (sur le modèle de ce que le PCF était parvenu à créer, des années 1930 à 1980). Un espace assez large pour favoriser une reconquête progressive de nos vies et la création d’une alternative au capitalisme. C’est dans les cages d’escaliers des quartiers populaires que pourrait bien se jouer l’avenir.

Dans l’ordre de nos priorités, la principale et la plus urgentes à nos yeux, est la formation aussi bien théorique que pratique de nos militants. Nous savons qu’il y a là une importante faiblesse des structures actuelles dans ce domaine.
Trop souvent les militants sont laissés à eux-mêmes, certains responsables trouvent même dangereux la formation politique. Pourquoi ? Parce que connaissant les expériences du passé et s’ouvrant à de nouvelles perspectives, la base pourrait remettre en cause leur autorité.

Les cercles Rébellion doivent servir de cadre à cette tâche en regroupant localement les membres de l’OSRE, ses sympathisants et les lecteurs de la revue. Une cellule capable de coller, de diffuser nos publications et animer des réunions publiques ou de formation dans chaque région française peut avoir un impact sur le cours des événements. A vous de jouer !

Plus de renseignement :
Rébellion c/o RSE BP 62124 31020 TOULOUSE cedex 02 FRANCE

Laisser un commentaire