Entretien avec BARBAROSSA UMTRUNK : la bande-son apocalyptique d’une jeunesse eurasiste

Projet musical et militant « Dark Military-Ambient/Post-Industrial », Barbarossa Umtrunk est la bande-son apocalyptique d’une jeunesse eurasiste plongée dans la tempête des temps. Entretien paru dans le numéro 60 de la revue Rébellion ( Septembre 2013) 

Pouvez-vous revenir sur la genèse du groupe et la composition de votre formation ?

Le groupe est né en 2005 mais a du subir pas mal de changements de line-up avant que Barbarossa Umtrunk ne devienne au fil des années un projet solo à part entière. Je suis seul derrière les commandes depuis la publication du troisième album officiel Wehrwolf Dharma  que j’ai signé chez UFA Muzak en 2010 et qui marque vraiment un nouveau départ pour BU. Avant cela, c’est principalement G.C qui fut mon co-équipier permanent sur les deux albums précédents, Regnum Sanctum puis Glazialkosmogonie qui s’apparentaient plus à des démos qu’à de véritables albums et qui sont tous les deux parus chez SkullLine.

Depuis la publication de Wehrwolf Dharma, un certain nombres de productions et splits sont sortis sur les labels UFA Muzak, Twilight Records et Old Europa Cafe.

 

Pavel-562574_160686867425833_1358086875_n

Quelles sont vos influences musicales ?

Elles sont nombreuses, mais si on devait synthétiser je dirais « Indus » au sens large, des grands ancêtres aux formations plus récentes aussi bien Dark Folk que Power Electronics sans oublier de mentionner mon goût pour le Post-Punk et la Batcave, l’EBM, la Cold Wave et le Shoegaze, le Black Metal et toutes les musiques estampillées « Dark » en général. J’écoutes aussi de la musique Liturgique et Sacrée, Médiévale, Celtique, Chamanique, Soufie, Hindoue et Tibétaine ce qui influences partiellement BU. Mais si l’on devait citer des projets de la scène « Post-Industrielle » qui m’ont marqués et surtout qui inspirent et influencent considérablement mes compositions, j’aurais tendance à citer : Blood Axis, Apoptose, DI6, Der Blutharsch à leurs débuts, Test Dept, les vieux Laibach, In the Nursery, Militia, Pimentola, Ataraxia, Tribe of Circle, Autopsia, Dawn & Dusk Entwined, Les Joyaux de la Princesse, Luftwaffe, Runes Order, Sixth Comm, Foresta di Ferro, TSIDMZ…

Pour finir, j’ai aussi un faible pour la Oi ! à l’ancienne et le Rock Alternatif bien de chez nous : Métal Urbain, L’Infanterie Sauvage, La Souris Déglinguée, Camera Silens, Komintern Sect, Molodoï, Vae Victis, Paris Violence, Bleach Boys ou encore Parallèles de Montségur et Treponem Pal.

Vous sentez-vous appartenir à une scène musicale particulière ?

Barbarossa Umtrunk appartient à la grande famille du Post-Industriel, du Dark Ambient, de la Dark Folk et de leurs sous-genres dérivés. Je n’aime pas trop étiqueter ma musique car elle ne rentre pas, à mon humble avis, dans des codes et standards clichés et prédéterminés, mais si je devais la définir je trouve que le terme de Martial-Ambient est ce qui lui conviendrait le mieux.

Je tiens aussi à souligner que BU appartient à une nouvelle génération de groupes « Post-Industriels », la seconde génération hexagonale représentée par des formations comme Front Sonore, Le Revers Sanglant, Nebel, Puanteur de Charnier, Militia Dei, Darmstadt 1313, Auswalht/Lyir pour citer les plus actifs, et dont un bon nombre sont engagés politiquement dans leur vie personnelle comme dans leur création artistique. Nous sommes la seconde génération, la génération « militante », ce qui fut rarement le cas de ceux qui nous ont précédés, en tout cas pas aussi ouvertement, exception faite pour LJDLP.

promo-BU-PROMO-2015-Svem

René Guénon, Julius Evola, Bô Yin Râ, Miguel Serrano, Henry Corbin, Louis Claude de St Martin, G.I.Gurdjieff & Raymond Abellio sont des figures qui semblent vous avoir profondément marquées. Que représente leur apport dans votre vision du monde ?

Parmi les sujets très souvent d’ordre ésotériques que j’étudies je me suis beaucoup attardé sur le problème du Pouvoir et de l’Autorité au sens Traditionnel et en cela l’œuvre de René Guénon m’a été d’un apport considérable. C’est une boussole infaillible et essentielle à assimiler pour emprunter les bons sentiers ésotériques et initiatiques et ne pas se perdre en cours de route. Ce thème de l’Autorité spirituelle, du Centre Suprême et du Roi du Monde est l’armature même de Barbarossa Umtrunk qui n’est ni plus ni moins qu’une des expressions et manifestations artistique de l’Ethos du Centre Suprême, au service inconditionnel de l’Etoile Polaire qui veille au dessus des cieux. La Doctrine d’Evola concernant la voie ouranienne, virile et solaire des Kshatryas m’a elle aussi profondément marqué et a forcément laissé son empreinte sur l’ensemble de mes disques parus à ce jour.

Bô Yin Râ et Gurdjieff sont cités sur ma page web parce que leur enseignement et la Praxis que j’ai tiré de leurs travaux font intimement partie de mon cheminement spirituel et initiatique propre. Ces auteurs préconisaient une voie de l’éveil héritée des enseignements des Maitres de Sagesse d’Asie Centrale parfois connus sous le nom de Confrérie Sarmoung ou Khwajagans et qui sont à rapprocher de l’Assemblée Suprême de l’Agarttha.

J’ai aussi un lien très fort avec la voie « Martiniste » et « Rose-Croix » dont Louis-Claude de St Martin fut une grande figure. Son enseignement théosophique, para-maçonnique et chevaleresque, proche de la gnose Cathare, tout comme celui de son prédécesseur Martines de Pasqually, transfigure et réintègre l’ « Homme Intérieur » au sein du Temple Invisible, et se rapproche considérablement en cela des leçons d’herméneutique spirituelle qu’on peut tirer des ouvrages tout autant essentiels d’Henry Corbin.

On retrouve aussi cette idée de la formation d’une Eglise guerrière invisible dans la Gnose de Miguel Serrano ou encore dans celle de Raymond Abellio. A travers ma musique j’en appel donc à ces Sattwiques de la Fin, à cette Chevalerie solaire, héroïque et pacifiée que décrivait déjà Raymond Abellio du temps du M.S.R où il agissait alors sous son vrai nom de Georges Soulès.

En somme, préparer le terrain pour la formation de cette caste de Prêtres-Guerriers de la Fin, de Templiers de l’Agarttha qui brandiront l’étendard du Grand Empire Eurasiatique de la Fin et semer le germe des armes symboliques et ataviques qui se manifesteront comme de puissants égrégores offensifs quand l’Aube pointera, telle est ma mission artistique première.

Votre dernier album, la Fraternité Polaire, est un bel hommage à notre défunt camarade Jean Parvulesco. Comment avez-vous découvert son œuvre ?

On retrouve l’influence de Parvulesco tout au long de la discographie de Barbarossa Umtrunk, notre premier album Regnum Sanctum lui avait d’ailleurs déjà été dédié et tous mes disques contiennent au moins un titre où mes vocaux déclament ses textes.

Autant dire que de nombreux morceaux de BU exploitent des extraits tirés des livres de Jean Parvulesco. J’ai découvert son œuvre il ya bientôt sept ans à la lecture de La Spirale Prophétique puis des nombreux autres qui l’ont suivis : La Conspiration des Noces Polaires, La Stratégie des Ténèbres, Le Retour des Grands Temps, Le Soleil Rouge de Raymond Abellio, Retour en Colchide, Un Bal Masqué à Genève, La Servante Portugaise, Le Manteau de Glace pour citer ceux qui me viennent en tête et qui m’ont tous indéniablement marqués.

L’Esprit de Jean Parvulesco souffle, depuis les hauteurs des cimes enneigées, sur le brasier même au cœur duquel je forge l’entité Barbarossa Umtrunk depuis le début. Les concepts inhérents à BU sont en cela très souvent tirés de ses propres livres et essais. La lecture de Jean Parvulesco m’a aussi fait découvrir de nombreux autres auteurs dont en premier lieu Raymond Abellio qui est tout comme Parvulesco une influence majeure qui guide et oriente ontologiquement les arcanes ésotériques et prophéties eschatologiques exposées dans mes créations sonores.

Pavel-255493_169794706515049_294765494_n

Vous avez une vision guerrière et militante de votre musique. Comment définiriez-vous cet aspect de Barbarossa Umtrunk ?

Si j’évoques à travers ma musique des atmosphères guerrières et martiales, il s’agit avant tout d’une ode au grand Jihad intérieur et contemplatif qui précède toujours l’action. La première guerre à entreprendre est avant tout contre soi-même, contre son égo, pour au bout du combat retrouver dans des épousailles éternelles et victorieuses notre « Soi » immuable, l’Atma, c’est le combat de l’Être contre le non-être, la bataille finale du « Dasein » enraciné et debout au milieu des ruines en conflit ouvert et total contre les influences errantes émanant des klippoths ténébreux qui obscurcissent quantitativement le Monde post-moderne. Cet aspect guerrier que je développe sur mes tracks les plus orchestraux sert aussi à merveille l’illustration que je peux faire de la voie ouranienne, polaire et verticale du Kshatrya chère à Evola , ou encore à Abellio lorsqu’il évoque l’Homme Intérieur , le Sattwique de la Fin, « Guerrier Pacifié » des temps post-diluviens à venir, et les tableaux épiques que je dépeins nous plongent bien souvent au cœur de champs de bataille oubliés qui dessinent brillamment les moments clés de l’Histoire occulte de l’humanité dévoilée dans mes textes et titres de morceaux sous un angle et une approche marginale et sulfureuse. Il y a derrière cette démarche un fond militant évident qui dépasse de loin l’ordre purement temporel et agit au service de la hiero-histoire la plus noble et élevée qui soit sur le plan des principes et c’est pourquoi Barbarossa Umtrunk est engagé intégralement dans la voie Eurasienne d’Alexandre Douguine dont les aspirations géopolitiques éveillées réaffirment et retrouvent à travers une alchimie suprême et nuptiale leur amour perdu d’avec le Sacré et la Tradition primordiale. Mon projet Barbarossa Umtrunk est en guerre totale contre le Monde profane Post-Moderne de tendance Atlantiste et Libéral et contribue dans la mesure du possible à la fondation dans l’au-delà « imaginal » de l’Empire Invisible duquel nous avait entretenu Jean Parvulesco et dont la manifestation temporelle ne devrait plus tarder à émerger lorsqu’à la fin de la Nuit diluvienne se lèvera le Soleil Rouge de l’Eurasisme.

Vos derniers travaux marquent un engagement poussé dans la voie Eurasiste. Pourquoi cet intérêt pour la 4ème Théorie Politique d’Alexandre Douguine ?

J’ai été mis au courant des concepts et idées géopolitiques « Eurasistes » d’Alexandre Douguine depuis plusieurs années, par le biais de VoxNR et aussi lorsque je me suis intéressé au National-Bolchévisme et à la Révolution Conservatrice.

Je soutiens donc la vision et la doctrine géopolitique de Douguine depuis un certain temps déjà, mais c’est surtout à la lecture des livres de Jean Parvulesco puis plus récemment de Raymond Abellio qui déjà prophétisaient dans leurs romans à clés l’Empire Eurasiatique de la Fin à venir, que je me suis décidé à militer officiellement pour cette cause géopolitique qui, à l’heure actuelle est l’unique conception de l’Histoire qui pourrait encore nous délivrer et nous préserver de la déshumanisation transgressive et convergente à venir planifiée par nos élites oligarchiques.

De plus, le rapprochement avec la Tradition qu’opère la Quatrième Théorie Politique corresponds parfaitement à mes propres aspirations spirituelles et visions millénaristes. J’ai lu deux ouvrages d’Alexandre Douguine traduits ici-bas ainsi qu’un certain nombre de ses articles et essais traduits en anglais, c’est simplement dommage qu’on n’ait pas encore traduits jusqu’à présent une somme plus conséquente de ses travaux, car un bon nombre de ses livres publiés en Russie semblent fort intéressants.

Les Atmosphères d’Orient et d’Occident sur lesquelles souffle le vent des steppes et des grands espaces Eurasiens étaient d’ailleurs déjà présentes sur mes précédents disques comme Agarthi, Der Talisman des Rosenkreuzers ou encore Apokatastasis mon split avec Front Sonore sorti l’an dernier. Mais c’est vrai qu’avec la Fraternité Polaire, mon tout dernier album complet j’ai décidé de m’engager encore plus en avant dans le combat Eurasiste et de soutenir officiellement la Quatrième Théorie Politique à travers Barbarossa Umtrunk.

J’ai d’ailleurs inclus un texte de Douguine que je déclame en guise de conclusion prophétique à la fin de l’album et qui affirme clairement l’orientation Eurasiste des batailles conceptuelles et métaculturelles à venir pour Barbarossa dans le futur.

J’ai aussi rendu hommage pour mon prochain album à la figure d’Ungern Sternberg sur un titre composé en collaboration étroite avec mon confrère italien de TSIDMZ et je suis actuellement en train de composer un morceau sur lequel il est prévu que j’intègres un texte sur la Perse antique de Boris Nad, essayiste et théoricien russe de l’Eurasisme.

Chateau-de-Montsegur-Ariege-a19677888

Vous participez d’ailleurs à un collectif d’artistes Eurasiste ?

Le mouvement Eurasian Artists Association a été créé dans le but de rassembler sous un front commun l’ensemble des différents artistes engagés dans la mouvance Eurasiste. C’est à l’initiative de TSIDMZ et de Sonnenkind que fut crée le collectif il y a quelques mois de cela.

Un DVD accompagné d’un CD et d’un livre sont en cours de confection et ne devraient plus tarder à sortir. Les artistes hexagonaux ou francophones qui participent au mouvement sont : Barbarossa Umtrunk, Front Sonore, Puanteur de Charnier, Sinweldi ou encore Dasein May Refuse, projet musical de Dari Douguina.

Quels sont vos futurs projets ?

Plusieurs sorties en perspective pour les mois à venir : Tout d’abord, mon septième album complet « la Fosse de Babel » que je prévois de sortir cet hiver et qui propose une bande-son apocalyptique, militante et survivaliste où sont intégrés des textes de Raymond Abellio et d’Alexandre Douguine. Un certain nombre de titres militants récents que j’ai déjà posté sur ma page YouTube ( La Fosse de Babel , morceau éponyme en hommage à Hugo Chavez ainsi que mes deux morceaux en collaboration avec Vir Martialis sur la Syrie de Bashar al-Assad ) constituent l’armature de cet album.

Ensuite j’ai trois splits en chantier : l’un en duo avec le Revers Sanglant, projet d’indus martial minimal et poignant avec des vocaux en français et qui par certains moments rappellerait presque feu-Karceral Flesh. Les deux autres splits sont des projets de splits à trois voix aux côtés de Schattenspiel et Verney 1826 pour le premier qui sera consacré à Vlad Tepes l’empaleur et à l’Ordre du Dragon Renversé, et une collaboration avec Pale Roses et Dawn & Dusk Entwined est prévue pour le second qui sera consacré pour sa part à la Golden Dawn.

Je devrais aussi continuer sur mes prochaines productions mes expériences et collaborations fluctuantes entreprises avec les écrivains Marc-Louis Questin et Jean-Paul Bourre.

Des projets d’albums sont déjà établis pour la suite : une trilogie consacrée aux mystères du Razès et de Rennes-le-Château, une adaptation du livre Les Visites de la Reine de Saba de Miguel Serrano ou encore un split avec le groupe de Black Metal Folge Dem Wind sur le thème de la Chasse Sauvage.

Je développe aussi depuis un peu plus d’un an Cydonia, un projet parallèle plus ambient et rituel, inspiré par les cosmogonies antiques, la cosmologie moderne, le néo-évhémérisme et les thèses fortéennes des « Anciens Astronautes », ou encore le cosmisme Russe et les théories catastrophiques d’astrophysiciens marginaux comme Hans Hörbiger ou Velikovsky.

J’ai déjà sorti deux albums complets et deux nouvelles productions de Cydonia ne devraient plus tarder à voir le jour : la première est un split avec le projet mexicain Xilgamesh ( projet parallèle de La Dernière Attaque qui participe à l’Eurasian Artists Association) consacré au thème du déluge biblique et mésopotamien et le second est un hommage au cosmonaute Russe Youri Gagarine sous la forme d’un album complet. Comme on peux le constater, le programme à venir est chargé !

 

Note

Barbarossa Umtrunk:

http://www.barbarossaumtrunk.com/

Albums :

Regnum Sanctum ( SkullLine, 2008)

Glazialkosmogonie ( SkullLine, 2009)

Wehrwolf Dharma ( UFA Muzak, 2010)

Agharti ( Twilight Records, 2010)

Der Talisman des Rosenkreuzers ( UFA Muzak, 2012)

La Fraternité Polaire ( Twilight records, 2013)

Splits :

Scontrum Act V ( War Office Propaganda, 2005)

with Seuchensturm : Thule Gesellschaft ( SkullLine, 2009)

with Kazeria : 72 Candles in Cairo ( SkullLine, 2009)

with Front Sonore : Le Siècle des Grands Abattoirs ( SkullLine, 2009)

with Schattenspiel : la Couronne de Glace ( SkullLine, 2010)

with Dronerune : Distant Shores of Hvetramannaland ( UFA Muzak, 2011)

with Front Sonore : Apokatastasis ( SkullLine, 2012)

with Escuadron de la Muerte : Bautismo de Fuego_Le Dernier Bataillon ( UFA Muzak, 2013)

with Pale Roses : La Clairière des Eaux Mortes ( Old Europa Cafe, 2013)

Cydonia :

https://myspace.com/cydonia87

Albums :

Sinus Medii ( SkullLine, 2012)

Cygnus X-3 ( Cyanur prod, 2013)

CDs disponibles sur :

SkullLine mailorder, UFA Muzak, Steinklang industries, Castellum Stoufenburc et toutes les bonnes distros d’Indus.

 

Laisser un commentaire