Au travail !

« L’oisiveté est la mère de tous les vices » dit non sans raison la sagesse populaire. Combien de grands et beaux projets tombent dans l’oubli par manque de volonté et de travail ? Nous avons vu trop d’esprits prometteurs s’évanouir dans la médiocrité, faute de cette capacité à agir. La paresse, sous toute ses formes, ne mérite aucune excuse. On a voulu en faire un droit, mais c’est une plaie du monde moderne.

De même, l’exaltation passagère de certains tombe bien vite dans l’inaction dès les premiers efforts sérieux demandés. Ils veulent être des saints mais refusent leur devoirs d’état au prétexte qu’ils sont contraignants.

Rébellion repose sur le travail d’une petite équipe entièrement bénévole. Elle n’est pas fermée et vous pouvez la rejoindre si vous le souhaitez, ce n’est pas un club privé dans une tour d’ivoire. Mais cela implique un engagement authentique de votre part.

L’engagement ? C’est un effort, un dépassement de soi dans la création et la réalisation d’une oeuvre tangible et collective. Ce travail, nous ne le faisons pas pour de l’argent ou des avantages, nous le faisons car cela est en nous. C’est un devoir auquel nous consentons librement.

Le sérieux de l’engagement se juge avant tout sur sa constance. Nous faisons un travail d’artisan au sein de la rédaction de Rébellion. Patience et régularité sont les clefs de notre longévité.

Ces rappels sont nécessaire et ne doivent pas être perçus par vous, amis lecteurs, comme les remontrances faciles de donneurs de leçons. Les conditions actuelles peuvent donner l’illusion d’une relative paix civile mais la situation de la France populaire ne cesse de s’aggraver. L’hiver arrive, il sera long et difficile. Nous devons tous nous préparer.

 

 

 

Laisser un commentaire