Ni amendable, ni négociable : Pour le retrait du projet de loi El Khomri !

Texte du tract de Rébellion et de l’OSRE contre le projet de loi El Khomri : 

Dans la continuité des précédentes réformes imposées par la Gauche, le gouvernement a rendu public au mois de février un projet de loi « visant à instituer de nouvelles libertés et protections pour les entreprises et les actifs », soigneusement préparé par la ministre du travail Myriam El Khomri (avec pas moins de 53 articles et 131 pages).

Il s’agit ni plus ni moins d’une nouvelle attaque frontale envers les travailleurs ! Ce projet vise directement leurs droits. Cette «  réforme » tente encore une fois de diviser le monde du travail.

Ce texte lourd de conséquences offre une totale liberté au patronat et constituerait, s’il était adopté, un recul historique des droits des salariés déjà fragilisés.

Voici quelques exemples, si ce texte de loi était votée, de flexibilité totale pour les patrons, avec ou sans accord :

  • Faciliter les licenciements avec un élargissement de la définition du licenciement économique même si l’entreprise ne connait pas de difficultés économiques sérieusement attestées ou si elle déguise des baisses d’activité…

  • La visite médicale d’embauche est remplacée par une simple visite d’information après l’embauche tandis que la périodicité des visites de suivi dépendrait de l’âge et des risques d’exposition, ce qui vient irrémédiablement modifier le suivi médical…

  • La durée hebdomadaire moyenne pourra être portée à 46 heures par semaine sur 16 semaines par accord, contre 12 aujourd’hui…

  • La durée quotidienne du travail pourra être portée à 12 heures par accord d’entreprise même si l’accord de branche ne le prévoit pas…

  • Les majorations des heures supplémentaires pourront descendre à 10 % par accord d’entreprise…

  • Le travail pourra être organisé par accord sur une période allant jusqu’à 3 ans en ne payant les heures supplémentaires qu’à la fin et dans les petites entreprises elles pourront être payées au bout de 16 semaines sur simple décision du patron…

  • Les temps d’astreinte pourront être considérés comme des temps de repos…

  • Les apprentis mineurs pourront travailler 10 heures par jour et 40 heures par semaine…

A travers ce projet c’est un grand retour en arrière typiquement ultra-libéral qui se profile à l’horizon !

Les diverses organisations patronales s’en réjouissent toutes à l’unanimité. A la lumière des éléments déjà connus du projet, Pierre Gattaz peut prendre tranquillement sa retraite puisque le gouvernement ne fait que de travailler pour le patronat.

Pure offensive contre le fondement même du code du travail, le projet de loi El Khomri est une arme patronale qui ne servirait qu’à précariser encore plus l’ensemble des salariés de notre pays. C’est la loi du chantage qui prime contre l’intérêt de la classe laborieuse… Sans parler de l’arbitraire 49.3 qui nous guette au coin de la rue pour faire passer en force cette loi inacceptable.

Quant à Laurent BERGER secrétaire général de la CFDT, en digne porte-parole du gouvernement le plus ultra-libéral de toute la Vème République, il considère qu’il s’agit « d’un renforcement de la négociation ». Rien d’étonnant lorsque l’on sait qui a contribué à la promotion de la loi dite « de sécurisation de l’emploi »…

Pour nous, la régression sociale ne se négocie pas ! Elle se combat !

C’est armé de ces revendications, et prioritairement celle du retrait pur et simple de ce projet de loi inacceptable, que nous avons le devoir impérieux, par tous les moyens, de nous organiser pour l’unité des travailleurs la plus large possible contre cette atteinte sans précédent au code du travail. Code du travail essentiel à la protection de l’ensemble des forces productives de ce pays. C’est la classe des travailleurs et nos luttes les plus hautes qu’ils veulent abattre une fois de plus.

Face à cette attaque soyons la Rébellion !

Laisser un commentaire